Linux Store

Question à mon lectorat (si j’en ai bien un ;). Comment se fait-il qu’en 2008, on n’a toujours pas un homologue de l’Apple Store, mais pour du matériel supporté/certifié Linux/Ubuntu/CUPS/SANE? Il y a sûrement des piles de cash à se faire avec un tel commerce, non?

Franchement, un magasin qui vendrait des cartes graphiques, imprimantes, scanners, cartes WiFi et baladeurs supportant le OGG Vorbis/Flac qui sont «testés sous Linux» ne serait-il pas un succès quasi-assuré? Y’aurait qu’à faire un site de vente en ligne, et peut-être une possibilité de franchises (ex: une boutique à Montréal). Un tel magasin n’aurait probablement pas trop à se préoccuper de concurrents tels que Futureshop et Walmart.

Jeff

Branding strategist and business developer, free & open-source software UX designer and experienced community manager. Has unlimited hi-HP potions to keep teammates alive.

You can check out my main website or find me on G+ or Twitter.

4 Replies to “Linux Store”

  1. >>>Question à mon lectorat (si j’en ai bien un ;)

    Mais oui ;-)

    >>>Comment se fait-il qu’en 2008, on n’a toujours pas un homologue de l’Apple Store, mais pour du matériel supporté/certifié Linux

    Il y a un site bien connu sur la compatibilité du matériel avec Linux : http://hardware4linux.info/
    Pour ce qui est de la vente il y a ceci qui est vraiment excellent : http://www.libera.cc/

  2. Wow, libera a de la classe. D’un autre côté, ce n’est «que» un site répertoriant du matériel et renvoyant ensuite vers d’autres sites français comme LDLC pour acheter. Ce à quoi je réfléchissais, et sur quoi je me questionnais, c’est «pourquoi pas une boutique à Montréal* qui ferait des commandes pour l’acheteur, à partir d’un “fournisseur”, à la façon des boutiques d’informatique normales?».

    En effet, si on doit absolument commander une imprimante multifonction de 20 kilos à partir des États-Unis ou de la France sans pouvoir simplement aller la chercher en magasin (ce qu’on peut faire, avec un Apple Store) et se taper 50$ de frais d’expédition et de douanes, on n’est pas sortis de l’auberge.

    *:(ou environs de grandes villes comme Paris, Toronto, Sherbrooke, La Prairie, etc)

  3. je pense à un autre truc par exemple. C’est bien de pouvoir comparer en magasin divers modèles et, à la limite, pouvoir essayer avec des démonstrateurs, ou au moins avoir des spécifications “complètes”. Par exemple, pour l’achat d’un numériseur, personnellement, je m’en fous de toutes les caractéristiques, sauf une: la vitesse. Il me faut savoir précisément le nombre de secondes requises pour numériser une page format “lettre”, en 150 dpi, en 300 dpi et en 600 dpi. Attendre une minute et demie par page, c’est inacceptable dans mon cas, et aucun manufacturier ne donne d’informations standardisées à ce sujet, d’où l’intérêt de pouvoir le voir en magasin.

Comments are closed.