MGS: Philanthropy

Metal Gear Solid: Philanthropy est un long métrage qui vient finalement d’être publié, après des années de travail, par des fans fous-furieux de Metal Gear Solid. Verdict: pas mauvais du tout. Non, excellent.

mgsphi2

Le film est librement distribué sur le net (je sais pas s’il est est sous une licence quelconque comme Creative Commons, ou si c’est simplement «gratuit et faites-en ce que vous voulez»).

Le doublage des voice actors est bluffant (on dirait vraiment David Hayter). Les costumes, le choix des lieux, l’équipement/props et les effets spéciaux sont impeccables.

mgsphi3

mgsphi5

Mon seul reproche, c’est les «interfaces graphiques» de briefings ou de journaux télévisés qui ne ressemblent pas assez au style Kojima et ressemblent plutôt à une imitation cheap de ces interfaces ridicules qu’on trouve dans les films hollywoodiens (vous savez, celles qui font des bruits à chaque manipulation et qui affichent en gros en rouge ACCESS DENIED).

Ci-dessous: WTF? Est-ce que c’est 1970 qui revient en force?

mgsphi1

Le problème que je déplore, c’est que ces séquences de briefing font un peu «tache» dans un film où tout le reste est visuellement impeccable. On dirait un truc improvisé avec Paint Shop Pro pour montrer qu’on sait dessiner, sans pour autant savoir bien agrémenter les couleurs. Et for crap’s sake, lâchez cette habitude d’avoir un foutu curseur style crosshair qui bouge en permanence (vous verrez de quoi je parle en voyant le film), ça hurle «amateur» à pleins poumons.

Comparons avec le style qu’on retrouve dans les MGS récents (MGS1 n’avait pas tant de séquences «diapos» que ça):

mgs4brief2

mgs4brief1

mgs4brief3

Retour à MGS: Philanthropy. Ci-dessous: non, les gars, faut arrêter avec vos interfaces custom aussi chargées que KControl, ça ressemble pas du tout à un véritable journal télévisé.

mgsphi6

À part ça, les séquences où il y a des imperfections techniques sont très rares. Un exemple (vicieux de ma part):

mgsphi4

Soudainement, on se retrouve avec un sujet illuminé de manière non-naturelle (il manque juste un «this looks photoshopped» tatoué dessus), avec des couleurs sortant de la teinte habituelle du film, et des huge gaping reflections the size of a hallway direct dans ses lunettes. Ça casse le 4e mur. Ça hurle au green screen.

Mais bon, au final, je pointe ici des trucs qui sortent de l’ordinaire (du film) et qui ne sont typiquement apparents qu’aux fans de MGS qui ont le sens de l’observation, ou aux designers/cinéastes obsessifs. Je suis vraiment en train de rhâler sur des «détails» visuels (d’un point de vue sonore, absolument rien à redire, ils savent très bien mixer), s’inscrivant dans le contexte d’une oeuvre qui, décidément, est tout à fait excellente.

C’est dommage que ça ne soit que le premier «épisode». Si ça leur a pris des années à produire la première partie, je me demande quand je pourrai voir la deuxième. Qui sait, peut-être auront-ils encore plus de ressources pour la suite.

Jeff

Branding strategist and business developer, free & open-source software UX designer and experienced community manager. Has unlimited hi-HP potions to keep teammates alive.

You can check out my main website or find me on G+ or Twitter.

3 Replies to “MGS: Philanthropy”

  1. « Mon seul reproche … WTF … un peu «tache» … ça hurle «amateur» … non, les gars, faut arrêter … »

    « les séquences où il y a des imperfections techniques sont très rares » (Mais tu t’empresses d’en donner un exemple.)

    C’est triste : ton article souligne surtout les points négatifs.

    Tu écris plus haut : « On dirait un truc improvisé avec Paint Shop Pro pour montrer qu’on sait dessiner ».
    Et toi, souhaitais-tu montrer que tu avais un œil d’expert ? Voulais-tu montrer que toi, tu sais critiquer une œuvre ?

    « C’est dommage que ça finisse un peu à la Matrix Reloaded. »
    C’est dommage que tu nous donnes un indice pour deviner la fin du film.

  2. Je souligne les points négatifs parce que c’est tout ce qui peut être commenté sans aller simplement dans le sens de “ouah, c’est génial, cette scène là est géniale, l’autre scène aussi est géniale”, etc.

    Je crois pourtant que j’ai pu le laisser entendre (au début et à la fin de mon billet): je suis fan, et je trouve le film excellent.

    > Et toi, souhaitais-tu montrer que tu avais un œil d’expert ? Voulais-tu montrer que toi, tu sais critiquer une œuvre ?

    Je voulais montrer ce qui m’a déçu d’une oeuvre grandiose sur tous les autres points de vue. Et oui, j’ai produit des films amateurs (mais pas des longs métrages, et jamais d’aussi grande qualité que ça), et je peux me permettre de porter le chapeau d’un critique impitoyable par moments. Ça ne m’empêchera pas de recommander ce film à tous les fans (et puis, c’est pourquoi j’ai posté ce billet après tout). Je ne me proclame pas expert, mais lorsque je vois un tel film réalisé avec amour, un projet s’échelonnant sur des années, j’aurais voulu que ces petits détails soient plus conformes avec le niveau de qualité qui caractérise tout le reste du film. C’est mon aspiration de fan qui, comme un parent envers un enfant (même si je ne suis pas le parent du film :), désire qu’il s’actualise le mieux possible.

    > C’est dommage que tu nous donnes un indice pour deviner la fin du film.

    J’ai un peu hésité à écrire ça. À mon avis, le fait que j’aie mentionné que ça finit en “à suivre” n’est pas un spoiler (parce que c’est écrit dès le début du film, “Partie 1”). Mais bon, puisque que ça diminue effectivement l’attitude positive envers le film, je viens quand même de l’enlever du billet. Merci du feedback :)

  3. La dernière photo en dehors de son contexte n’a pas grand chose de surprenant…

    Même remarque que Zoubi : c’est bien négatif comme article !

Comments are closed.