Prenez garde aux tabloïdes de l’open-source

En tant que contributeur à divers logiciels libres, j’en ai marre de voir comment ils sont traités dans la « presse » en ligne. J’ai procrastiné un mois sur la publication de ce billet: le rédiger me prend déjà toute ma motivation pour combattre le sentiment de DonQuichottude par rapport au phénomène, surtout lorsque je crains d’être fustigé pour ce qui pourrait être perçu comme une attaque personnelle envers les sites de nouvelles que je vais citer plus bas.

Image de Chandler Reed, citation d’un livre que vous connaissez sûrement

Au-delà de l’Internet

Pour commencer, je n’ai jamais eu confiance envers le pouvoir médiatique. De ce que j’avais pu conclure du visionnement de Manufacturing Consent: Noam Chomsky and the Media, ainsi que mes réflexions dans mon parcours scolaire, j’étais à la base vacciné. Le tout m’a été confirmé comme étant un phénomène bien réel au printemps 2011, lorsque j’ai vu des choses capitales être sciemment auto-censurées par Radio-Canada et toute la presse francophone québécoise. Par son écrasant pouvoir, le système médiatique a alors réussi à renverser le gouvernement en place, sur une histoire que les journalistes savaient fausse (« mais on s’en fout, ça fait notre affaire, si je vais à contre-courant je vais me faire crucifier sur place de toutes façons »).

Tout ça pour dire que je prends tout ce qu’on me dit avec une grande dose de scepticisme et de questionnement. Ce qui compte n’est pas ce qu’on me dit, mais comment on me le dit ou ce qu’on ne me dit pas. Assez contextualisé maintenant, amorçons le sujet du jour.

Les tabloïdes du libre

Je croise parfois des gens qui jurent par certains sites de nouvelles pourtant reconnus parmi les cercles des « faiseurs » (de logiciels) comme étant des tabloïdes, c’est-à-dire de « presse à sensation », de la presse boulevardière, de la fiction pulpeuse. Étant donné l’immense pouvoir d’influence que détiennent ces sites, leur rôle semble donc osciller entre « alliés » et « épines dans le pied ».

Avec une déconcertante régularité ils se fourvoient, créent de fausses rumeurs, discréditent certains projets libres et font l’éloge de certains logiciels propriétaires (tant qu’ils sont excitants et « shiny »).

Je cite ici les principaux coupables que j’observe régulièrement:

  • Phoronix
  • OMG! Ubuntu
  • Slashdot, dépendamment du moment et des commentateurs. Je lis Slashdot (seulement la catégorie Linux) principalement pour les commentaires parfois hilarants et souvent déprimants. Au final, la majorité des nouvelles « à sensation » ou visant à créer la controverse… émanent de Phoronix, qui les poste sur Slashdot pour avoir du traffic.

Il y en a sûrement plein d’autres dont vous pourrez me faire mention, mais pour l’instant j’aimerais simplement donner ceux-là en exemple.

Phoronix: le site où M. Larabel poste en moyenne 8 à 12 articles par jour (!), typiquement en s’auto-spammant de liens vers ses propres articles et en soumettant chaque controverse à Slashdot pour le plaisir des barbus qui ont une dent contre projet XYZ, la Free Software Foundation ou autre.

On me dira que l’intérêt principal de Phoronix, c’est ses bancs d’essais de matériel. En théorie, c’est effectivement intéressant d’avoir un site centré sur le matériel pour Linux. En pratique, cependant:

  • Habituellement, les résultats annoncés sont statistiquement non significatifs. Dans à peu près tous les articles par exemple, vous verrez une ou deux images par seconde de différence (sur un total de 30, 50, 100 images par seconde) pour un test graphique XYZ entre deux distributions, ou encore une demie seconde de gain de vitesse de compression d’un fichier d’archive qui prend trois minutes à décompresser… bref, des nombres et des graphes vides de sens dans le « monde réel », qui permettent toutefois de générer des articles constamment.
  • La méthodologie de mesure de la Phoronix Test Suite est à vérifier. J’étais excité de faire mes propres tests avec PTS lorsque le pilote libre r600 est apparu circa 2010, mais j’ai découvert par le fait même que les résultats n’avaient absolument rien à voir avec ce que je mesurais dans la réalité! En effet, j’obtenais, en testant manuellement au lieu d’utiliser PTS, plus de deux fois le framerate dans Urban Terror avec les réglages graphiques au maximum, alors que la PTS les réglait au minimum. Depuis, je n’ai plus confiance en la représentativité des mesures de PTS. Si on peut me prouver que ce n’est plus le cas de nos jours, j’en serais plutôt content.

Bref, il y a fort à douter sur les mesures effectuées par la Phoronix Test Suite lors des bancs d’essai. Ce qui nous laisse alors la deuxième partie du site: les « actualités »… et là, c’est pas joli à voir. De mémoire récente:

  • Les sondages (aux échantillons non-représentatifs de la population) qui servent d’exutoire aux diatribes et permettent d’affirmer que tout le monde déteste passionnément GNOME [1, 2]
  • Ciel! Fedora 19 va utiliser Cinnamon comme environnement de bureau par défaut, et inclure le kernel FreeBSD! Excepté que ce n’était pas vrai, ce n’était qu’une idée lancée aléatoirement sur une page de wiki.
  • Des mentions à répétition au fil des années comme quoi Lightworks est un « logiciel open source » (même à l’intérieur des autres nouvelles concernant Openshot, Cinelerra, Avidemux, etc.)… ce qui est encore à ce jour faux. Soit, la vaste majorité des sites Internet commettent la même erreur… Est-ce que Phoronix admet l’erreur lorsque quelqu’un se donne la peine de l’indiquer, cependant? Non monsieur. On poste un nouvel article qui place le blâme sur l’autre, en l’intitulant « Lightworks Is Not As Open As Some Would Like » (emphase ajoutée) et en terminant l’article par une mention insinuant que, de toutes façons, les logiciels libres dans le domaine sont tous à chier. Bon, moi, au final, ça ne me fait ni chaud ni froid, je préfèrerais d’ailleurs ne pas donner en exemple un tel article de Phoronix qui pointe vers un de mes propres billets de blog — ça donne faussement l’impression que je tiens une rancune personnelle envers Phoronix, ce qui n’est pas le cas. J’utilise cette anecdote seulement pour illustrer comment les rédacteurs de tabloïdes tordent les mots pour nous faire dire n’importe quoi et se déresponsabiliser autant que possible. Si ça peut vous rassurer, le cas ici était relativement isolé, comparativement à ce qu’on voit tout le temps de la part de Sam Varghese chez ITWire, par exemple.
  • Apparemment, qu’un illustre développeur de KDE poste un billet énonçant son scepticisme face à l’approche de Canonical concernant le Ubuntu Phone constitue, aux yeux de Phoronix, du bashing. N’oublions pas le link-spam obligatoire à travers Slashdot. Dans l’instance présente, les commentateurs de Slashdot ne sont pas dupes.
  • « Tiens, pourquoi ne pas rappeller que projet XYZ n’avance pas? Si on peut essayer de discréditer la FSF, tant mieux! Alors si c’est pas pour rhâler envers l’état des logiciels de montage vidéo, autant basher Gnash parce que ces maudits hippies ne travaillent pas assez vite ». Et pour s’assurer de bien éclabousser la FSF, on va vous pointer vers de multiples liens d’articles internes similaires qui continuent la longue lignée.

OMG! Ubuntu: ne rentrons pas ici dans l’énumération exhaustive des nombreuses histoires à sensation et de « hype » autour de logiciels propriétaires ou n’existant même pas… observons simplement quelques perles récentes:

  • Un article originellement intitulé « Photoshop CS2 available for free, works fine in WINE »… suivi du « Oups, en fait on a sauté dessus la nouvelle avec l’empressement habituel, c’était complètement faux ».
  • Un joli petit vox populi après avoir diabolisé Nautilus 3.5+. Pas étonnant que tout monde ait vu rouge vu le traitement honteux que OMG! Ubuntu en a fait. Je cite: « Amongst the features you will find missing in the version of Nautilus (now renamed ‘Files’) are ones you may have used on a daily basis, including:
    • Compact View: removed
    • ‘Type Ahead Find’: removed
    • ‘New file’ templates: removed
    • Application Menu: removed
    • ‘Go’ menu: removed
    • F3 split screen: removed
    • ‘tree’ view: removed
    • Bookmark menu items: removed
    • Backspace shortcut to return to parent folder: removed
    • […]
    • Default icons size set to 32px
    • New date-list view
    • Folders no longer sorted by default
    • Floating status bar »

Effrayant et révoltant, n’est-ce pas? Sauf que le tout a été volontairement rédigé de cette façon pour amener le lectorat à bondir d’indignation. Parce que si on prend le temps de réfléchir à l’effet global de ces changements, et qu’on se donne la peine de suivre les liens vers les commits que OMG! Ubuntu citait… on se rend compte que tout ça est plein de bon sens dans l’ensemble:

  • Certains éléments de la liste n’ont en fait pas été enlevés, juste remplacés par quelque chose de mieux ou affichés uniquement au moment opportun. C’est le cas du « type ahead find », du « new file templates » (ben ouais, pourquoi montrer un menu quand il n’y a pas d’items dans ~/Modèles?)
  • Application Menu removed, ‘Go’ menu removed, Bookmark menu items removed, etc.: tous le même truc, vraiment. Entièrement sensé. Ça s’appelle… se conformer au design du reste de l’environnement! Nautilus est le gestionnaire de fichiers de GNOME, n’est-il donc pas normal qu’il s’y intègre de la même façon que les autres applications « core »?
  • Pour monter d’un dossier dans la hiérarchie… le raccourci officiel/standard a toujours été « Alt+↑ ». Je devine que le retrait du raccourci Backspace était pour améliorer la cohérence avec les autres applications comme Epiphany et pour empêcher les conflits avec la nouvelle fonctionnalité de recherche.
  • Les véritables changements: le « treeview » a été remplacé par un « listview », la barre latérale a été simplifiée (et s’en trouve franchement plus robuste) et le mode « split panes » a été retiré. Ils étaient ridiculement buggés et ne me manquent pas le moins du monde, mais je suis probablement un des rares à penser celà. Sur ces points là, ça ne me dérange du tout qu’on soit en désaccord avec moi, c’est un débat légitime. Soit. Quand on y pense, c’est quand même pas la fin du monde.

…Le tout suivi d’articles indiquant que c’est tellement un désastre que Ubuntu pense à boycotter le nouveau Nautilus, si si ils y pensent vraiment.

Après ce genre de couverture médiatique « amicale », il y a eu du damage control obligé [1, 2] pour éviter un attentat à la bombe… Ce qui n’a pas empêché OMG! Ubuntu de continuer à jeter de l’huile sur le feu. Parce que la situation n’était pas déjà assez tendue.

Je vous épargne d’ailleurs un argumentaire assez long sur les principes d’échantillonnage et de validité statistique — principes que les sondages retrouvés sur les tabloïdes ci-haut ne peuvent fondamentalement pas respecter concernant des sujets controversés comme GNOME (le seul moyen serait d’avoir un échantillon véritablement aléatoire et représentatif aux allures d’un référendum planétaire).

Au final, puis-je vraiment les blâmer?

Les journalistes sont humains et ont essentiellement un travail de merde dans un monde de plus en plus frénétique.

Et là, je vous évite un bloc de texte immense, parce que quelqu’un a déjà fait tout le travail d’analyse de « pourquoi les journalistes se comportent comme ça!? » à ma place. C’est assez volumineux, mais allez voir cet article éventuellement: Cheap Tabloid Tricks: The Truth About Linux, Open Source And The Media.

La fin du monde annoncée sous diverses formes n’a pas eu lieu.

À en croire les sites de nouvelles, Nautilus 3.6 est un désastre, l’installateur (Anaconda) repensé de Fedora 18 est un désastre, et il y a une conspiration pour saboter nos logiciels favoris.

Pourtant, j’admire les améliorations et raffinements apportés à Nautilus 3.6 et je suis ravi du nouvel installateur de Fedora 18. Dans le cas de Nautilus 3.6, j’ai refusé de juger un logiciel par la mauvaise presse qu’on lui donnait et ai préféré donner la chance au coureur et l’essayer moi même, ce que OMG! Ubuntu ne s’est pas donné la peine de faire. Après un mois d’usage, je me sens plus à l’aise avec 3.6 et me sens irrité quand j’utilise la version 3.4. Clairement, je dois faire partie d’une minorité de mollusques fanatiques zélés qui accepte n’importe quoi. Je dois être fou.

Nautilus 3.6, le mangeur d’âmes nocturne

La lecture des commentaires est, vous le devinez, bien plus nocive que la lecture des articles: même quand un geek on ne peut plus conciliant se donne la peine d’expliquer pendant 55 minutes, de façon calme et raisonnable, les malentendus autour de projets controversés comme GNOME, la première chose que les gens vont faire sur Internet c’est de dire « De toutes façons c’est un connard, j’ai arrêté d’écouter à 7 minutes parce que ça me plaisait pas ». Tous des fascistes qui n’écoutent pas ce qu’on a à dire, ces développeurs!

Tout ça me fait présager que lorsque la prochaine version de Pitivi sortira (« un jour »), les commentateurs du net trouveront sûrement plein de choses pour dire que c’est un désastre. Même Joey de OMG! Ubuntu n’avait que ceci à dire lors de l’annonce de la dernière release d’Openshot: « Meh. » (traduction: « Bof/bah. »). Mais c’est pas grave, c’est l’Internet, personne ne sait que vous êtes un chien, et on s’en fout des sentiments des développeurs à l’autre bout, ils sont grands et costauds, ils s’en remettront!

Pour conclure

  • Les sites de nouvelles similaires à ceux mentionnés précédemment ne doivent pas être considérés comme des sources fiables pour se former une opinion.
  • Lire les critiques sur ce genre de sites est nocif pour votre bien-être mental. Spécialement si vous êtes un contributeur au Logiciel libre. Là-dessus, je vous recommande la lecture de ce billet de mon pote Federico (oui, ce Federico là). Rien de révolutionnaire, mais quand même une lecture intéressante pour comprendre le phénomène du blues du hacker. Des fois, les développeurs libristes souffrent également de dépression sévère [1] [2] [3]. Heureusement pour moi, ce n’est pas mon cas, je suis typiquement optimiste.
  • Plutôt que de vous demander « Qu’est-ce qu’on me dit? », questionnez-vous toujours sur « Qu’est-ce qu’on ne me dit pas? », « À quel point les sources sont pertinentes? » et « Où est-ce que ça rentre dans le grand ordre des choses? »

nekohayo

Branding strategist and business developer, free & open-source software UX designer and experienced community manager. Has unlimited hi-HP potions to keep teammates alive.

You can check out my main website or find me on G+ or Twitter.

Latest posts by nekohayo (see all)

14 Replies to “Prenez garde aux tabloïdes de l’open-source”

  1. Je suis tout à fait d’accord avec toi à propos de ces tabloïdes. Ils cherchent à provoquer pour générer du trafique (et donc du revenu). Personnellement, je ne les lis qu’en diagonale et que sur certains articles. Car parfois ça permet de découvrir de nouveaux projets libres.

    Concernent Nautilus, je suis du même avis. Je préfère de loin la version actuelle.

  2. Merci pour l’article. C’est bien de rappeler que si l’objectif premier de la presse est de vendre des lecteurs aux annonceurs, l’effet secondaire (et peut-être bien recherché, ou du moins apprécié) est que la presse sert à désinformer.

    Heureusement, notamment grâce au réseau des réseaux et avec un peu de patience, il est plus que jamais possible de s’informer, malgré la présence des médias.

    1. Bien vu, j’ai corrigé les deux occurrences du terme. En fait, démoniser est couramment utilisé au Québec, c’est un faux-ami emprunté à la langue anglaise. En tout cas, mon usage était encore plus tordu, j’avais par mégarde écrit «démonifié», un nekohayisme qui signifie sûrement «démonisé + personnifié» ;)

  3. Malheureusement, le monde des bloggers (presse ou pas d’ailleurs) est rempli de gens ne le faisant plus par passion, mais pour attirer du trafic => l’attire troll pour attirer de l’audience, y’a rien de mieux.

    Bonne article, merci :)

  4. il y a deux fois le même lien dans “Le tout suivi d’articles indiquant que c’est tellement un désastre que Ubuntu pense à boycotter le nouveau Nautilus, si si ils y pensent vraiment.”, c’est voulu ?

    Sinon il parait que la prochaine version de PiTiVi aura moins de fonctionnalité que l’ancienne OMG ;-)

  5. Bon article et une habitude que de vérifier et aller chercher des informations afin de les recouper qui peut s’appliquer dans bien des domaines !
    Je ne vais pas sur ces sites donc tout va bien ;) !

  6. Oui les “articles” de phoronix sont à chi**, mais ils ont l’aventage de m’épargner de longues recherches dans des listes de courriel très spécifiques. On trouve des infos intéressantes dans les commentaires lorsque les développeurs sont obligés de venir rectifier les co***ries du site. J’y vais régulièrement regarder les avancement du côté graphique (Xorg, Wayland, drivers…).

    Pour les “benchmarks” effectivement, aucune méthodologie, aucune analyse, découpage en 10 liens pour générer de l’affichage pub, bref ne perdez pas votre temps.

  7. Je te trouve un peu dur avec OMG Ubuntu.
    Au moins ils reconnaissent quand ils font des erreurs (cf. l’affaire Photoshop) et ils sourcent leurs article, ce qui n’est pas toujours le cas de Phoronix.
    L’article sur Nautilus était en effet orienté, mais derrière il y avait tout de même un débats. On ne peut pas dénigrer l’avis des personnes qui préfèrent la version précédente de Nautilus (j’en suis).
    Bref, je ne considère pas OMG comme étant un tabloïde sous prétextes que quelques articles sont parfois mauvais (alors qu’il y en a plusieurs fois par semaine sur Phoronix).

    Et je ne suis pas d’accord avec ta première conclusion qui est, je trouve, en contradiction avec tes prémisses.

    Les sites de nouvelles similaires à ceux mentionnés précédemment ne doivent pas être considérés comme des sources fiables pour se former une opinion.

    Il faut être critique avec toutes les sources, car absolument aucune n’est fiable en permanence. Et il est strictement impossible d’être vraiment objectif, les journalistes sont des êtres humains et nos pensées/opinions influances toujours nos modes de communication (ça devient philosophique là ;-))
    Pour revenir à nos 2 sites, le fait de savoir qu’ils sont faillibles les rend du coup innofensif. Et on y trouve tout de même (plus ou moins souvent) des infos intéressantes, y compris dans les commentaires. Il suffit de faire le tri.

    1. Je te trouve un peu dur avec OMG Ubuntu.
      Au moins ils reconnaissent quand ils font des erreurs (cf. l’affaire Photoshop) et ils sourcent leurs article, ce qui n’est pas toujours le cas de Phoronix.

      Oui, je dois admettre que dans certains cas, OMG! Ubuntu a au moins le respect/honnêteté d’avouer s’être trompés (mais il faut que ça pète bien fort pour que ça arrive). Aussi, ils sont moins axés sur le dénigrement. Concernant l’article autour de Nautilus, un journaliste visant à faire un travail intègre n’aurait pas pu écrire un tel billet orienté pour l’inflammation. En connaissance des faits qu’il a lui-même cité dans les rapports de bugs et commits dans le dépôt de développement git, il aurait dû doser le point de vue en présentant la vision d’ensemble, pas une série de commits qui, pris de façon séparée, donnent l’impression qu’on a enlevé douze mille fonctionnalités sans compensation.

      D’une certaine façon, OMG Ubuntu sert d’exemple pour faire contrepoids à Phoronix (on aurait cru que je m’acharne sur un site en particulier). OMG Ubuntu est un peu mieux que Phoronix, mais pas tant que ça non plus (à mon humble avis).

      Pour revenir à nos 2 sites, le fait de savoir qu’ils sont faillibles les rend du coup innofensif.

      Ha ha, ça ne vaut que pour les lecteurs très attentifs, pas pour le lecteur moyen ou l’Internaute lambda qui tombe sur ces articles ou en entend les échos.

      Ce que tu dis là confirme en fait l’intérêt de mon billet: encore faut-il être conscient de la faillibilité de ces sites, ce qui n’est pas forcément évident si on n’a pas la vue d’ensemble (la forêt plutôt que les arbres) et le point de vue des gens impliqués dans les projets.

      Si ces sites étaient inoffensifs, je ne serais pas tenu de rédiger cet énorme billet de prévention/sensibilisation.

      1. Maintenant, reste à espérer que que les lecteurs naïfs dont nous parlons lisent également ton blog…

        Je te souhaite d’avoir réussi à sensibiliser quelques personnes, mais comme tu le dis toi même, il y a une part de “DonQuichottude” dans cette quête.

        Je pense d’ailleurs que nous sommes tous passés par le stade naïf avant de commencer à ne plus prendre tous ce qu’on nous dit pour argent comptant (je ne suis pas psy, mais ça m’a tous l’air d’être notre comportement par défaut).

        D’ailleurs tu donnes un exemple concret te concernant dans l’article (si j’ai bien compris, tu étais moins méfiant vis à vis des médias avant cette histoire du printemps 2011). Moi c’était plutôt les divers débats sur le contrôle de l’Internet en France qui m’ont fait un électrochoc.
        Je pense qu’il faut soit même se sentir trahis au moins une fois par les médias pour vraiment comprendre.

  8. Je pense que le but derrière des sites tels que “OMG! Ubuntu!” est d’introduire Linux/Ubuntu à l’utilisateur pour l’aider dans sa transition entre Windows/Mac et Linux. Au fond, des sites comme ceux-là sont destinés pour les utilisateurs et non les développeurs, d’ailleurs ils sont créés et maintenus par des utilisateurs qui ne sont animés que par leur enthousiasme envers le produit.

    Je comprends ton ressentiment envers les médias, mais c’est au fond ce buzz autour de l’open-source qui a contribué au fait que Linux est maintenant utilisé par des millions d’utilisateurs autour du monde, et que plusieurs serveurs utilisent Linux au lieu de Windows. Maintenant, quand tu rentres dans une administration et tu vois Linux sur un PC au lieu de Windows c’est en grande partie grâce à ce buzz.

    De toute façon, l’utilisateur commun se fout pas mal quelle version de Nautilus Ubuntu va mettre dans sa prochaine édition du moment que tout marche bien, mais s’il est assez experimenté pour faire la différence et/ou préférer GNOME à Unity, il saura quelle distro installer sur sa machine au lieu d’installer aveuglément la distro standard d’Ubuntu juste parce qu’elle est la plus connue.

  9. Pour Phoronix en effet, mais je crois que tout le monde le sait. Il suffit de voir les réactions des articles sur le Forum Phoronix. Ca reste quand même un site incontournable pour la masse d’information qu’il remonte et synthétise. Après c’est sur faut savoir lire entre les lignes et ajouter des “filtres”.

    Pour OMG je suis pas vraiment d’accord. Ton explication ne tient pas debout. Ils font des erreurs, tout comme on pourrait sûrement relever des erreurs sur ton article, ils défendent aussi leur vision des choses. Mais ça reste il me semble correct. Que tu apprécie l’évolution de Nautilus n’implique pas que ton point de vue soit une référence et que l’avis d’OMG Ubuntu soit un torchon.

    Pour revenir un peu sur Gnome, les bonnes raisons ils en ont des tonnes à chaque fois. Mais tout comme les blogs et site d’actualités il faut savoir filtrer et se faire son avis sur les décisions en question.

Comments are closed.