Pourquoi j’ai quitté Facebook: des précisions

Il y a deux ans je quittais définitivement Facebook. Depuis ce temps ma vie s’en est trouvée significativement améliorée, mais on me questionne encore sur les raisons de cette décision. Chaque fois, on me regarde comme si j’étais autiste. J’ai pensé aujourd’hui mettre à jour le billet que j’avais posté jadis, mais comme l’explication risque d’être longue, autant faire un nouveau billet:

  • J’avais tendance à y revenir à tout bout de champ dans la journée, à y passer des heures et perdre mon temps à lire un flux ininterrompu de choses qui ne me concernent la plupart du temps pas, ou au contraire à «chercher des nouveautés» qui n’existaient pas, créant alors un vague sentiment de vide et de déception.
  • Facebook n’est pas le produit/service. Je suis le produit que Facebook vend. Google fait évidemment la même chose, mais au moins Google m’est utile (pour GMail c’est une autre histoire: je ne me fais tout simplement pas confiance à héberger ma propre infrastructure de courriels de manière compétente pour avoir un taux de disponibilité de 100% et une bonne résistance au spam).
  • Si j’utilise Twitter et G+, c’est pour gérer les relations publiques de Pitivi; si j’utilise Facebook, c’est supposément pour gérer mes relations privées… et il n’y a aucune raison pourquoi je ne pourrais pas gérer mes relations privées «dans le vrai monde» au lieu de confier ça à Zuckerberg. Et si je voulais gérer mes relations privées à travers un site web, il faudrait que ce soit une plateforme ouverte et décentralisée comme «DIASPORA*».
  • Facebook favorise l’invasion passive de la vie privée et le mélodrame (non seulement dans les messages qui s’y échangent, mais aussi dans la simple notion d’accepter ou refuser des «amis»). Les gens se sentaient insultés quand je ne les rajoute pas à mon réseau social, et on ne rentre même pas encore dans l’épineuse question des relations de travail ou des relations amoureuses. Toutes ces sphères de la vie d’une personne entrent alors de force en collision, qu’on le veuille ou non.
  • Non seulement le modèle d’affaires de Facebook est-il de creuser et revendre mes informations personnelles, mon «profil» socio-psychologique et mes habitudes de consommation (incluant qui sont mes amis et où j’ai grandi et étudié)… mais même si je ne fournis pas moi-même ces informations, par phénomène d’aggrégation, mes amis vont le faire pour moi, sans que je puisse faire quoi que ce soit pour empêcher le phénomène. Excepté boycotter Facebook entièrement (et encore).
  • Facebook détruit à petit feu plusieurs fondements de l’Internet et le retransforme en un AOL nouveau genre. Pourtant, je persiste à utiliser l’Internet comme une collection décentralisée de sites ouverts, à utiliser le téléphone, la messagerie instantanée et le courriel (d’ailleurs, je préfère nettement l’ergonomie d’un véritable logiciel de courriel comme Evolution ou Thunderbird à l’inefficacité d’une interface web, mais je suis certainement une espèce en voie de disparition sur ce point).
  • Parce que Facebook ne se limite pas à Facebook, et tente de me suivre absolument partout sur Internet (comme je le craignais en 2010). Vous savez, il y a une bonne raison pourquoi, même après deux ans, Facebook est encore entièrement bloqué au niveau de mon routeur (sauf quand un invité me fait la demande de le débloquer temporairement durant son séjour. Je ne suis pas un monstre). Vous n’avez pas idée de la quantité de scripts/frames cachés sont présents partout sur les sites que je visite (et on ne remarque pas leur présence avant de les avoir bloqués).
  • Les «applications» et autres gadgets du genre (s’ils existent encore sur Facebook) me font chier: ils sont «opt-out», insistants et «constamment dans ma face». Pire encore, ils constituent de sérieux risques de sécurité informatique et de vie privée (et des brèches de ce côté là, ça s’est vu).
  • Parce que Facebook est une tendance technologique qui peut aussi bien être remplacée (bien que, tristement, ce soit improbable). Il y a environ cinq ans, ça n’existait pas et on vivait très bien. Qui sait ce que sera Facebook en 2015, si Facebook existera encore, ou s’il sera remplacé par un autre dispositif orwellien à la mode?

Continue reading “Pourquoi j’ai quitté Facebook: des précisions”

Marché du travail

J’ai terminé mes études en décembre dernier. J’ai décroché un emploi comme testeur chez Collabora il y a environ une semaine. C’est une nouvelle étape qui commence, on verra où ça me mènera :)

Note: ça n’a rien à voir avec PiTiVi, auquel je continue de contribuer par loisir.

Alive and kicking

I would first like to welcome Antigoni, who has been accepted as part of GWOP 2011 to work on PiTiVi. In the coming months, she will be helping Thibault fix bugs in our port to GES and, when we have a reasonably stable base to work with, implement the much awaited titling feature! She wrote an introductory post, but since it was published before she was added to Planet GNOME, it has completely flown under the radar.

I haven’t blogged much since the 0.15 release, partly because I was, you know, busy finishing* a graduate degree with 5 courses including 3 teamwork term projects and writing 13 case studies/papers. Nothing special.

Continue reading “Alive and kicking”

Mort subite

Certains d’entre vous se souviennent peut-être de «Knock Clock», un script de réveille-matin obscur que j’ai publié il y a longtemps. Je l’avais spécialement conçu pour Karamel, un ordinateur portatif n’ayant pas l’Internet, pas l’USB, pas de touchpad et pas de disque dur. La semaine dernière, j’ai constaté avec horreur que Karamel s’était éteint (au sens propre).

La boîte vert fluo et la pièce de métal posées sur le dessus servaient à faire pression sur un bouton pour maintenir l'écran éteint

Continue reading “Mort subite”

Pre-releasing in New York

A pre-release of Pitivi is out. Please test it out and report any problems you may find, and help us make the 0.15 release (due September 26th) a great success!

Among the usual round of fixed bugs, niceties of this release include a presets system for project settings and rendering settings (there’s a preset for HTML5 video, for example), a lot of code cleanup/refactoring, improved startup times, and all the stuff from the previous unstable 0.14.1 and 0.14.2 releases which would be too long to list here.

Continue reading “Pre-releasing in New York”

Results from the hackfest

I had a fantastic week at the PiTiVi+GES hackfest and desktop summit in Berlin. Over the course of the past few days, we polished and merged some more features and bug fixes in your favorite video editor.

Lubosz’s “transformation” branch has now been merged and allows insanely sexy and efficient panning/resizing/cropping of your video clips, as you can see in the video below (or, alternatively, this video):

Continue reading “Results from the hackfest”

Sipdroid et le Samsung Galaxy i7500

Cet été, j’ai un emploi qui exige que je puisse prendre des appels téléphoniques en tout temps en provenance de quinze personnes que je supervise (il m’est arrivé de recevoir trois appels simultanément!). Comme je veux pouvoir travailler dans le jardin, je ne peux donc pas rester attaché en laisse à mon téléphone VoIP filaire.

Histoire courte: j’ai décidé d’acheter un téléphone Android usagé à 100$ (pre-unlocked avec 2.2 “Froyo”) afin de l’utiliser strictement comme téléphone VoIP wifi et comme mobile internet device (pratique d’avoir ses contacts, calendriers et un GPS dans sa poche).

Continue reading “Sipdroid et le Samsung Galaxy i7500”

Voip.ms

J’ai été client de Callcentric pendant deux ans et, suite à quelques tests et vérifications, j’ai décidé le mois dernier de migrer ma téléphonie IP chez Voip.ms. Les raisons et avantages de cette transition:

  • Ils offrent au client le choix entre les lignes téléphoniques “value” et “premium”. Comme le premium routing est tout de même à un prix dérisoire, je n’hésite pas à l’utiliser pour tous mes appels. C’est pas 0.7¢/min de différence qui va me ruiner.
  • Selon tous mes tests, la qualité sonore est largement supérieure à ce qu’on peut avoir chez Callcentric: pas d’écho, pas de délai/latence perceptible, etc. Mes parent ne rhâlent plus.
  • Voip.ms permet de choisir à quel serveur on se connecte (ex: toronto2.voip.ms, montreal.voip.ms, etc.) pour réduire la latence.
  • Ce sont des montréalais. Mon père ne peut plus chialer que je ne fais pas affaire localement.
  • Les appels sans réponse ne sont pas facturés. J’avais eu une petite surprise quand mon père a tenté de téléphoner quatre fois à Cuba avec Callcentric.
  • Facturation aux six secondes (au lieu d’une facturation arrondie à la minute).
  • Flux de syndication rss pour les nouveautés et pour les incidents… le fait que Voip.ms publie ouvertement ses incidents est un geste de transparence que j’apprécie beaucoup.

Continue reading “Voip.ms”

Migration vers un hébergeur professionnel

J’ai initié le serveur Kirika en 2003, comme moyen d’héberger mes sites Internet (et ceux de mes amis) sans restriction d’espace, sans publicité et sans avoir à débourser autre chose que du temps et de l’énergie. J’ai appris énormément grâce à ce projet. En fait, c’est probablement une des principales raisons pourquoi je suis rendu un sale geek Linuxien. Or, après 7-8 ans de loyaux services (hey, c’était pas ma faute si ma connexion lâchait tout le temps!), je me vois cependant contraint d’offrir à Kirika un repos mérité (cette machine, deuxième incarnation de mon serveur, est restée allumée quasiment sans interruption depuis janvier 2005).

Pourquoi? Parce que le CRTC est tellement corrompu qu’ils viennent de donner la permission à Bell de me charger des frais excédentaires (70¢/GB) si je dépasse les 60 GB de transferts mensuels (avec Kirika, je consomme typiquement entre 60 et 100 GB par mois), et ce: Continue reading “Migration vers un hébergeur professionnel”

Solid State Drives: V-TEC just kicked in, yo!

Je ne le cache pas, je suis fan des SSD; ainsi, quand un certain zinzin est venu me voir en me disant «mon disque dur de laptop est mort, now what?», je n’ai pas hésité à suggérer de passer à la vitesse grand V. Nous sommes donc allés acheter un disque dur solid state Kingston de 64 Go, dont le modèle exact m’échape mais on s’en contrefout parce que c’était simplement le modèle le moins cher qu’on ait pu trouver (140$).

En effet, à mon humble avis, à moins de faire rouler les serveurs de Wikipédia sur notre laptop, tant qu’on achète quelque chose venant d’une marque minimalement connue (Intel, Crucial, Kingston, Samsung, et plein d’autres), s’éterniser sur la différence de performance d’un SSD à un autre, c’est de l’enculage de mouches.

Continue reading “Solid State Drives: V-TEC just kicked in, yo!”

Community involvement

~Ducking Out~

Although PiTiVi is a FLOSS project developed entirely in the open (that is, everything is public/transparent), I have been told that it still feels intimidating for potential new contributors. Believe it or not, I spend a lot of time thinking about that and smoothing out that process. Sometimes I still find myself a bit surprised that people are not exactly rushing through the doors to hack on the code. I have a few multi-factorial theories about that (they make for lively conversations), but this is not the point of this blog post.

Continue reading “Community involvement”

J’utilise ça

Pour les curieux, on m’a fait passer une entrevue sur utilise.ca. C’était une occasion agréable de décrire un peu mon “workflow” et de faire le point sur mes outils favoris au fil des dernières années. Une expérience intéressante. On verra bien à quel point ces écrits pourront résister à l’usage du temps…

Kuze

Kagami fonctionne toujours très bien, mais avoir un Thinkpad, avec un écran plus spacieux, son clavier et sa robustesse légendaires, me manquait. C’est ainsi que, tout bonnement, j’ai déniché un T43p à 160$ sur Kijiji, que j’ai nommé Kuze (histoire de bien aller avec Kusanagi):

Continue reading “Kuze”

Surprises dans les conduits d’aération

Il y avait une étrange odeur émanant de la trappe d’aération (du système central) dans ma chambre. J’en ai eu marre et ce matin j’ai utilisé l’aspirateur central pour nettoyer. À la manière d’une sonde intravasculaire, j’y ai envoyé le boyau et aspiré dans tous les sens. Telle ne fut pas ma surprise de trouver, parmis des tonnes de poussière et de débris de construction, ce genre de cochonneries:

Continue reading “Surprises dans les conduits d’aération”