Île du lama et wishlist

Hier, je suis allé à Lamma Island avec ma tante. On a pris un vieux ferry pour y accéder, ça sentait plutôt mauvais compte tenu de la quantité de bateaux-maisons dans le port. On a commencé à marcher sur l’île, et dès le départ c’était pas super d’avoir des vêtements noirs en totalité (en coton qui plus est). Chaud. Enfin, après 30-45 minutes de marche, ma tante s’est finalement rendu compte qu’elle avait un deuxième parapluie pour que je puisse arrêter de cuire au soleil x_x. Grosso-modo, c’est une petite île paradisiaque bourrée d’étrangers (si j’étais un britannique cherchant à vivre à Hong Kong, je préfèrerais sûrement une petite île tropicale sympa et calme, au centre ville pollué, bruyant et gris d’une grande ville comme Hong Kong, d’autant plus que les loyers sont très bas sur Lamma Island).

Bref, les photos parlent d’elles-mêment, je me limite à en poster que quelques unes (les autres se trouvent dans mon album géant de toutes façons).

Continue reading “Île du lama et wishlist”

Key itemu get!

Je vous ai déjà dit qu’à Hong Kong, il pleut? Pas une petite pluie à pédales qui nous fait peur au Québec :) une vraie bonne pluie. Je pense que je vais avoir besoin d’un parapluie trois fois plus grand. C’est pas la joie pour attendre le bus le matin avec l’orage continuel, de voir son sac à dos devenir noir de pluie. Heureusement que mon livre est dans un cartable protecteur.

Pourquoi les pluies ici sont plus impressionnantes? Probablement parce que Hong Kong est une île très montagneuse (doit bien avoir du 40 degrés d’inclinaison dans certaines courbes de mon minibus le matin), et lorsqu’il pleut (une pluie normale est une pluie que je considérais très forte au Canada…), non-seulement les portes des mini-bus ont pas été pensées pour les parapluie (je suis un peu surpris sur ce coup-là… d’un autre côté, c’est des vieux minibus 16 places Toyota tout fanés), mais les souliers sont rapidement trempés puisque les rues deviennent littéralement des rivières (ou des fleuves dépendant de l’endroit).

Continue reading “Key itemu get!”

Premiers pas chez Quamnet

Aujourd’hui je suis entré chez Quamnet. Après avoir oublié mon passeport et bien lu le contrat de stage (je suis considéré comme interne, pas comme employé), on me donne un badge holder quamnet orange, avec une clé pour un tiroir et une carte magnétique vraiment geek comme Hong Kong sait si bien faire. En fait, c’est exactement une PAN card de Metal Gear Solid. On la passe devant un senseur et hop ça beepe. J’adore. Je vois un tas de gens présenter leur portefeuille au détecteur de porte de Quam ou dans l’autobus sans sortir de cartes! Autant dire que j’ai une Keycard Lv1.

Ensuite, on m’a présenté à douze millions de gens du département. Sympas. Il est important de noter que maintenant je peux être considéré comme un vrai corporate kiddie (corporate hacker, ce sera pour quand je serai capable de faire quelque chose d’utile en python, style Specto), puisque je travaille dans un cube et qu’il y a une distributrice d’eau pas loin :) excepté qu’ici, ça parle le cantonais partout autour, j’ai un linuxien avec trois PC dual-Pentium3 à ma droite et une figurine de gundam seed en haut du cube d’en face!

Continue reading “Premiers pas chez Quamnet”

De retour à combattre le bruit

Je trouve mon PC (khloé) bruyant. Je le trouve bruyant depuis longtemps. Je considérais, cependant, que ce n’était que mon oreille qui s’affinait/s’adaptait à la diminution de bruit avec le temps. L’autre soir, quand mon père m’a dit que le pécé est un truc putainement bruyant (bon il l’a pas dit dans ces mots là), ça m’a baffé (prononcer à la cabrelbeuk). Il se demandait comment je faisais pour survivre avec un vacarme pareil. Ben sur le coup, je me le suis demandé aussi. Et psychologie faisant, j’ai pas pu dormir cette nuit là avant d’éteindre le PC (fuck amule pour ce soir). Bon, y’avait une dissertation le lendemain, ça aidait pas… Voici les tests que j’ai réalisé quelques jours plus tard. Rien d’exceptionnel.

Continue reading “De retour à combattre le bruit”

Yatta! Ubuntu sans fil! Un touchpad qui déconne pas!

Je ne croyais pas réussir à faire marcher ndiswrapper finalement, parce que tous les tutoriels du net étaient écrits de façon inutilement compliquée, et ne tenaient pas assez la main de l’utilisateur. Je viens d’utiliser ce guide ici, qui est tout bonnement sublime. Enfin un truc qui marchait pas à pas avec moi. J’ai ramé un pas mal cependant à deux endroits: il faut installer les sources du kernel quelque part, mais son ‘uname chéplusquoi ça fonctionne jamais avec moi. Alors j’ai été dénicher un tas de trucs qui me semblaient appropriés par rapport au kernel dans synaptic.

sans fil!

Continue reading “Yatta! Ubuntu sans fil! Un touchpad qui déconne pas!”

Permis de conduire du poisson

Vendredi prochain, je vais aller passer un examen pratique pour mon permis de conduire. Comme ça donne bien, c’est le premier avril. Ce serait tout à fait mon genre de foirer un examen le premier avril :) wait and see

Mec dans le métro

Il y a une heure, j’étais dans le métro, et n’ayant que faire, je regardais un peu partout (j’ai été cogner le sigle de jeux olympiques au métro Pie IX pour tester la résonnance – que d’action) mais mon regard croisa à maintes reprises celui d’un gars à peu près de mon âge, noir, bien mis et ne possédant pas un air de killer / stoner / stone killer. Après être embarqué dans le métro, mon champ d’action visuel (non, je sais vraiment pas pourquoi j’écris comme ça, peut-être parce que je sors de mon cours de français) était plutôt restreint, et donc mon regard le recroisa plusieurs fois.

Normalement, je ne suis plus une personne timide qui “détourne les yeux parce que staring is rude et que c’est mal vu dans notre société”, et je prends un malin plaisir (oulà que je suis un rebelle) à faire un combat visuel, c’est à dire soutenir le regard, et à 99% des cas, l’autre personne détourne le sien par politesse.

Enfin (j’achève ma mise en contexte alacon) cette fois, il semblait posséder plus de force dans son regard que moi, enfin, quelque chose me poussait à détourner le mien. Il ne détournait pas le sien. Cas d’exception. Joie. Pendant que j’avais la tête de biais, mon oreille gauche m’a confirmé un début de conversation, donc voilà ce dont je me souviens dans la suite de ce message.

Continue reading “Mec dans le métro”