Liberté logicielle et matérielle, compte rendu de l’émission La Sphère du 16 septembre

Le 13 septembre, je reçus un curieux courriel m’invitant à participer à l’émission « La Sphère » pour un épisode dédié au logiciel libre, sur la principale chaîne radiophonique de Radio-Canada le samedi 16 septembre.

Quelques minutes avant le début de l’émission

Continue reading “Liberté logicielle et matérielle, compte rendu de l’émission La Sphère du 16 septembre”

Renommer un périphérique audio avec PulseAudio

J’ai découvert par hasard qu’on peut faire un clic droit sur le “profil” d’un périphérique dans pavucontrol pour renommer le périphérique. Or, cette fonctionnalité n’est pas disponible par défaut puisqu’il faut un module supplémentaire (sous Fedora, du moins). Pour faire un essai en temps réel:

$ pactl load-module module-device-manager
34

Continue reading “Renommer un périphérique audio avec PulseAudio”

Venez nombreux à GUADEC!

Pour la première fois depuis quatorze ans, la conférence GUADEC fait son retour en France. Je vous encourage à venir nombreux à cet événement qui se tiendra à Strasbourg durant la dernière semaine de Juillet. Je dois traverser l’Atlantique (à la nage), prendre plusieurs avions et autobus pour y aller, alors pas d’excuses pour ceux situés à moins de 6000 km!

“GUADEC, ça a un intérêt pour quelqu’un qui n’est pas un développeur?”

Continue reading “Venez nombreux à GUADEC!”

Le chiffrement des partitions Linux d’un ordinateur de bureau est-il utile?

Pendant des années, j’ai eu un item sur ma liste de choses à faire: chiffrer (encrypter) le disque dur de données de mon ordinateur de bureau personnel. Parce que… que se passerait-il si je me faisais cambrioler?

computer thief
Ouais. C’est totalement comme ça que ça se passe en réalité.

Continue reading “Le chiffrement des partitions Linux d’un ordinateur de bureau est-il utile?”

2013 open source video editor user survey

What was initially planned as a one-question referendum for Pitivi users (how critical is it for us to have perfect xptv import on the upcoming release) became a full-fledged survey to give us a clearer picture of what users care the most about these days. If you’re a fan of Free Software and video editing, please take a few seconds to fill this survey. Please please share this with everyone you know who is interested in Free and Open-Source video editing. Thanks!

Version française: la prochaine version de Pitivi approche rapidement. Suite à une discussion concernant nos priorités à court terme afin de pouvoir sortir une nouvelle version au cours de l’été (avec un peu de chance), nous avons concocté un court sondage sur votre utilisation des logiciels de montage vidéo libres. S’il-vous-plaît, veuillez prendre quelques secondes pour répondre à ce délicieux questionnaire, et n’hésitez pas à en parler à tous ceux autour de vous qui s’intéressent à l’édition vidéo libre!

Prenez garde aux tabloïdes de l’open-source

En tant que contributeur à divers logiciels libres, j’en ai marre de voir comment ils sont traités dans la « presse » en ligne. J’ai procrastiné un mois sur la publication de ce billet: le rédiger me prend déjà toute ma motivation pour combattre le sentiment de DonQuichottude par rapport au phénomène, surtout lorsque je crains d’être fustigé pour ce qui pourrait être perçu comme une attaque personnelle envers les sites de nouvelles que je vais citer plus bas.

Image de Chandler Reed, citation d’un livre que vous connaissez sûrement

Continue reading “Prenez garde aux tabloïdes de l’open-source”

La photo d’identité démocratisée grâce à Wilber

Dans le cadre d’un formulaire de routine, j’ai dû fournir une photo d’identité «style passeport». Or, j’en ai marre de me faire arnaquer, de payer cher pour une photo qui sera inévitablement moche. Les photos prises «par un professionnel» n’ont rien de professionnelles lorsque Passeport Canada accepte les photos prises par les préposés de pharmacies! Lesdits préposés ne connaissent rien à l’esthétique photographique: ils ne font que nous placer devant un fond blanc, nous pointer bêtement un appareil photo numérique avec flash dans la figure (avec le bon cadrage tout de même) et imprimer la photo vite fait.

On peut faire mieux soi-même avec des outils libres et non-seulement s’épargner beaucoup de sous (à court et à long terme), mais surtout s’épargner la honte d’une photo bâclée où on a été zombifié par un flash, que l’on devrait endurer pendant cinq longues années.

Continue reading “La photo d’identité démocratisée grâce à Wilber”

Pourquoi j’ai quitté Facebook: des précisions

Il y a deux ans je quittais définitivement Facebook. Depuis ce temps ma vie s’en est trouvée significativement améliorée, mais on me questionne encore sur les raisons de cette décision. Chaque fois, on me regarde comme si j’étais autiste. J’ai pensé aujourd’hui mettre à jour le billet que j’avais posté jadis, mais comme l’explication risque d’être longue, autant faire un nouveau billet:

  • J’avais tendance à y revenir à tout bout de champ dans la journée, à y passer des heures et perdre mon temps à lire un flux ininterrompu de choses qui ne me concernent la plupart du temps pas, ou au contraire à «chercher des nouveautés» qui n’existaient pas, créant alors un vague sentiment de vide et de déception.
  • Facebook n’est pas le produit/service. Je suis le produit que Facebook vend. Google fait évidemment la même chose, mais au moins Google m’est utile (pour GMail c’est une autre histoire: je ne me fais tout simplement pas confiance à héberger ma propre infrastructure de courriels de manière compétente pour avoir un taux de disponibilité de 100% et une bonne résistance au spam).
  • Si j’utilise Twitter et G+, c’est pour gérer les relations publiques de Pitivi; si j’utilise Facebook, c’est supposément pour gérer mes relations privées… et il n’y a aucune raison pourquoi je ne pourrais pas gérer mes relations privées «dans le vrai monde» au lieu de confier ça à Zuckerberg. Et si je voulais gérer mes relations privées à travers un site web, il faudrait que ce soit une plateforme ouverte et décentralisée comme «DIASPORA*».
  • Facebook favorise l’invasion passive de la vie privée et le mélodrame (non seulement dans les messages qui s’y échangent, mais aussi dans la simple notion d’accepter ou refuser des «amis»). Les gens se sentaient insultés quand je ne les rajoute pas à mon réseau social, et on ne rentre même pas encore dans l’épineuse question des relations de travail ou des relations amoureuses. Toutes ces sphères de la vie d’une personne entrent alors de force en collision, qu’on le veuille ou non.
  • Non seulement le modèle d’affaires de Facebook est-il de creuser et revendre mes informations personnelles, mon «profil» socio-psychologique et mes habitudes de consommation (incluant qui sont mes amis et où j’ai grandi et étudié)… mais même si je ne fournis pas moi-même ces informations, par phénomène d’aggrégation, mes amis vont le faire pour moi, sans que je puisse faire quoi que ce soit pour empêcher le phénomène. Excepté boycotter Facebook entièrement (et encore).
  • Facebook détruit à petit feu plusieurs fondements de l’Internet et le retransforme en un AOL nouveau genre. Pourtant, je persiste à utiliser l’Internet comme une collection décentralisée de sites ouverts, à utiliser le téléphone, la messagerie instantanée et le courriel (d’ailleurs, je préfère nettement l’ergonomie d’un véritable logiciel de courriel comme Evolution ou Thunderbird à l’inefficacité d’une interface web, mais je suis certainement une espèce en voie de disparition sur ce point).
  • Parce que Facebook ne se limite pas à Facebook, et tente de me suivre absolument partout sur Internet (comme je le craignais en 2010). Vous savez, il y a une bonne raison pourquoi, même après deux ans, Facebook est encore entièrement bloqué au niveau de mon routeur (sauf quand un invité me fait la demande de le débloquer temporairement durant son séjour. Je ne suis pas un monstre). Vous n’avez pas idée de la quantité de scripts/frames cachés sont présents partout sur les sites que je visite (et on ne remarque pas leur présence avant de les avoir bloqués).
  • Les «applications» et autres gadgets du genre (s’ils existent encore sur Facebook) me font chier: ils sont «opt-out», insistants et «constamment dans ma face». Pire encore, ils constituent de sérieux risques de sécurité informatique et de vie privée (et des brèches de ce côté là, ça s’est vu).
  • Parce que Facebook est une tendance technologique qui peut aussi bien être remplacée (bien que, tristement, ce soit improbable). Il y a environ cinq ans, ça n’existait pas et on vivait très bien. Qui sait ce que sera Facebook en 2015, si Facebook existera encore, ou s’il sera remplacé par un autre dispositif orwellien à la mode?

Continue reading “Pourquoi j’ai quitté Facebook: des précisions”

Prévisualisation en temps réel du redimensionnement de séquences dans Pitivi

Ceci est une traduction d’un billet que j’ai publié avant-hier sur Planet GNOME. Je ne sais pas trop comment traduire « trimming », alors je me base sur le terme « redimensionnement » de la version française du manuel de PiTiVi (même si l’usage du mot sonne étrange). La question du « financement de logiciels libres complexes n’ayant pas de modèle d’affaire clairement établi » est quelque chose qui m’a toujours intrigué, vous trouverez donc quelque chose à ce sujet en deuxième partie de ce billet.

Dans mon temps libre cette semaine, j’ai implanté une fonctionnalité manquante de PiTiVi qui me tient énormément à coeur: la prévisualisation en temps réel lorsque l’on change le début ou la fin d’une séquence. Ceci permet enfin de faire de l’édition avec une précision inégalée, sans essais-erreurs. De la productivité à l’état pur, comme la vidéo ci-dessous le démontre:

Continue reading “Prévisualisation en temps réel du redimensionnement de séquences dans Pitivi”

Fedora pour un habitué d’Ubuntu, prise deux

NDLR: article mis à jour en juillet 2015 pour prendre en compte le fait que YUM a été remplacé par DNF comme gestionnaire de paquets par défaut dans Fedora 22.

Vous vous souviendrez peut-être de la première tentative un peu infructueuse, suivie de mon désenchantement envers Ubuntu/Canonical m’ayant amené à sérieusement réévaluer Fedora 15 comme plateforme de choix pour être à la pointe des avancées de GNOME et de Linux en général.

Continue reading “Fedora pour un habitué d’Ubuntu, prise deux”

Pourquoi je quitte Ubuntu pour Fedora

La dernière fois que j’ai été utilisateur de Fedora à plein temps, c’était il y a plus de sept ans. Ubuntu fit son apparition en 2004, s’imposant rapidement comme distribution phare par sa promesse de gratuité (détruisant par le fait même le modèle d’affaires des distributions «commerciales» pour individus) et son centrage autour de GNOME. Je suis donc resté un fidèle utilisateur scotché à cette distribution Linux depuis octobre 2004. Tout allait plutôt bien jusqu’en 2010, où l’attitude de Canonical a rapidement fait en sorte de me sortir de ma zone de confort, sentiment qui s’est amplifié lorsque je suis allé au Boston Summit en novembre dernier. Le scandale avec le Amazon music store était la goutte qui fit déborder le vase pour moi en 2011.

Continue reading “Pourquoi je quitte Ubuntu pour Fedora”

Evolution et l’utilisation avancée du IMAP GMail

GMail peut être utilisé à travers IMAP de deux façons: le mode à la Google, où supprimer un message ne fait que retirer le libellé correspondant (et s’il ne reste plus de libellés, le message est «archivé», et donc placé dans «Tous les messages»), et le mode avancé, qu’il faut activer dans les «labos».

Mais bon, avant de se lancer là-dedans, un petit récapitulatif en images pour ceux qui ne se souviennent plus comment on configure Evolution pour IMAP à travers GMail. Ceux qui savent déjà, voyez plus bas pour la suite. Continue reading “Evolution et l’utilisation avancée du IMAP GMail”

Ajustement de la luminosité de l’écran en fonction de l’heure sous GNOME

Je n’utilise pas Redshift (ou f.lux) parce que je tiens un minimum à la fidélité de mes couleurs et parce que je ne suis pas convaincu que nous ne sommes pas face à un énorme effet placebo (ou une conspiration du gouvernement).

Néanmoins, le soir, pour geeker dans une lumière tamisée, j’aime bien que le rétroéclairage de mon ordinateur diminue en intensité (et contrairement à un shift de couleurs, je parle ici d’une vraie diminution d’intensité lumineuse, pas de l’huile de serpent ;).

Continue reading “Ajustement de la luminosité de l’écran en fonction de l’heure sous GNOME”

Fedora 14 pour un habitué d’Ubuntu

Comme je commence à être en désaccord avec la tournure que prend Ubuntu et que j’ai acheté un nouveau portable de seconde main (Thinkpad T43p!), je me suis dit que je jetterais un coup d’oeil à Fedora 14. Malheureusement, je n’ai pas réussi à briser la dépendance à Ubuntu. Voici mes trouvailles.

D’abord les points positifs/attraits de Fedora: Continue reading “Fedora 14 pour un habitué d’Ubuntu”

WebM: Epiphany 1, tous les autres 0

Epiphany étant le navigateur web officiel de GNOME et utilisant GStreamer pour ses besoins multimédias, il affiche (ne serait-ce que pour quelques temps) une relative «supériorité» de son approche par rapport à celle de Firefox ou Chromium («on bundle ffmpeg directement») pour ce qui est de l’utilisation de WebM (le codec VP8 nouvellement libéré) :

Continue reading “WebM: Epiphany 1, tous les autres 0”