F-Spot is the Artist's Way3 min read

Ce soir, sur une musique de fate stay night (la sola), je réalise que f-spot est un logiciel de RÊVE pour les collectionneurs d’art numérique comme moi.
Il y a plusieurs années, avant même que j’utilise Linux, j’avais noté un concept de logiciel (je sais pas si j’ai gardé le mémo, je m’en souviens simplement de mémoire). L’idée était un espèce de navigateur qui permettrait de classer par colonnes autant que je le voudrais les centaines de dessins d’autres artistes que j’archive (seulement à mes fins de plaisir personnel) sur mon ordinateur.

Le projet est resté latent dans ma mémoire jusqu’à ce que je réalise une chose ce soir en sauvegardant 66 dessins manuellement choisis (ça m’a pris un certain temps, quelques heures?).
F-spot est ce logiciel de mes rêves. Je n’avais simplement pas réalisé son potentiel de classification parce que je suis photographe. En tant que photographe, je ne voyais pas l’intérêt d’utiliser des tags dans f-spot; mes sujets sont bien trop complexes, diversifiés, et surtout, j’ai beaucoup TROP de photos (en date d’aujourd’hui 3 novembre 2006, j’en ai conservé 10953 sur mon disque dur), ça me prendrait un temps fou à les organiser, et elles changent tout le temps d’emplacement, ce qui rendrait l’idée d’une base de données “catalogue” à la F-Spot ridicule. J’aime conserver mes propres photographies par ordre de création EXIF dans des hiérarchies de dossiers complexes (elles sont regroupées par événement ou chronologie).
Mais… dans le cas de dessins provenant d’autres gens, c’est différent. En effet, j’ai l’habitude de les balancer en vrac dans un dossier ~/images/inspiration et de les laisser s’accumuler là. Cela s’explique notamment par le fait qu’il y a un nombre de dessins beaucoup moins grand (1936) que mes photos, et par le fait que lorsque je fouille mon dossier inspiration, je désire tout voir en même temps, je recherche rarement quelque chose de particulier. Il en résulte néanmoins un bordel généralisé.

C’est là que les tags entrent en jeu élégant. Je vais pouvoir utiliser F-Spot exclusivement pour visionner les dessins que j’aime à l’aide de tags tels que “sketch”, “ink”, “cheveux”, “ombrages”, “pose”, “expression”, “vêtements”, afin d’indiquer ce que le dessin a de spécial à mes yeux.
C’est comme du titane de carbone, c’est une Revolución. À l’aide des tags, je vais pouvoir trier en temps réel l’affichage pour réduire mon champ de recherche. Je pourrai également utiliser les bonnes vieilles fonctions comme le tri par nom, date de modification, etc. Je pourrai faire toutes les autres fonctions que le commun des mortels trouve utile (bof), comme faire un diaporama sur CD, générer une galerie (double bof, j’en ai déjà programmée une personnalisée pour mon site) et envoyer par email.
Mais si je voulais gérer ÉGALEMENT mes meilleures photos (pour un portefolio professionnel par exemple) avec F-Spot? Eh bien, faut croire que les auteurs sont futés et ils ont prévu le coup: on peut créer des tags dans des tags. Je pourrais donc faire des sous-divisions. Génial. Tout simplement génial. Qu’y a-t-il de plus étonnant encore? Pendant que je termine de rédiger ces lignes, il y a cette musique qui joue: Shiro Sagisu – Presto (qui se trouve à être… l’hymne à la joie)…
In related news, HiMyNameIsIan, and “You Are A Pirate!”